Cahier de textes - Table des matières

Grandeur Nature

Sommaire :

7 - Révérences à ma belle





Dédicace à toi, ma Belle, celle que j’aime,

Qui pour être belle, lui suffit d’être elle-même.

Elle n’a pas besoin d’être classe, tasse’ dans un faux 4x4.

Elle reste nature, elle vit sans parure.

Pas de manucure, pas de belles coiffures,

Elle se sent si bien loin de vos magasins.

Elle n’a pourtant pas l’esthétique mannequin,

Mais elle a ce charme qui lui va si bien.





Ma façon de l’aimer, ne pas la déposséder,

De son âme, de son cœur,

Eviter qu’elle pleure.

Ne pas la délaisser ou la laisser dans le silence,

Je ne voudrais pas la lasser,

Je lui accorde mes révérences.





Je ne dis pas qu’avec elle la vie est toujours belle,

‘enfin en cas de pépin, mon épaule la soutient.

Sa présence, son réconfort,

Pour les jours où je ne vais pas fort,

On n’est pas toujours au top niveau,

On prend des coups de couteaux dans le dos.

Elle est celle que j’aime,

Parfois celle qui gêne,

Parmi ceux qu’on aime,

Mais qu’on ne reverra peut-être jamais.

L’Amour avec un grand « A »,

Moi-même je ne m’y attendais pas,

Peut-être un jour elle partira,

Mais rien ni personne ne la remplacera.





Ma façon de l’aimer, ne pas la déposséder,

De son âme, de son cœur,

Éviter qu’elle pleure.

Ne pas la délaisser ou la laisser dans le silence,

Je ne voudrais pas la lasser,

Je lui accorde mes révérences.



Tu me demandais : « Pourquoi tu m’aimes ? »,

Parce que tu es toi-même,

Toujours égale à toi-même, à la maison la même.

La même à l’extérieur et pour les jours de prise de tête,

Qui nous amoche de l’intérieur, conjurer le sort des parieurs.

Entendre aussi les railleurs,

Mais qu’ils aillent voir ailleurs,

Qu’ils trouvent eux-mêmes leur bonheur,

Je leur souhaite ça de tout cœur.

Ils envient notre vie, notre Amour,

Mais ne supporteraient pas le quart de nos ennuis,

Pas vrai mon Amour ?





Dédicace à toi, ma Belle, celle que j’aime,

Qui pour être belle, lui suffit d’être elle-même.

Elle n’a pas besoin d’être classe, tasse’ dans un faux 4x4.

Elle reste nature, elle vit sans parure.

Pas de manucure, pas de belles coiffures,

Elle se sent si bien loin de vos magasins.

Elle n’a pourtant pas l’esthétique mannequin,

Mais elle a ce charme qui lui va si bien.





Ma façon de l’aimer, ne pas la déposséder,

De son âme, de son cœur,

Eviter qu’elle pleure.

Ne pas la délaisser ou la laisser dans le silence,

Je ne voudrais pas la lasser,

Je lui accorde mes révérences.





Je ne dis pas qu’avec elle la vie est toujours belle,

‘enfin en cas de pépin, mon épaule la soutient.

Sa présence, son réconfort,

Pour les jours où je ne vais pas fort,

On n’est pas toujours au top niveau,

On prend des coups de couteaux dans le dos.

Elle est celle que j’aime,

Parfois celle qui gêne,

Parmi ceux qu’on aime,

Mais qu’on ne reverra peut-être jamais.

L’Amour avec un grand « A »,

Moi-même je ne m’y attendais pas,

Peut-être un jour elle partira,

Mais rien ni personne ne la remplacera.





Ma façon de l’aimer, ne pas la déposséder,

De son âme, de son cœur,

Éviter qu’elle pleure.

Ne pas la délaisser ou la laisser dans le silence,

Je ne voudrais pas la lasser,

Je lui accorde mes révérences.



Tu me demandais : « Pourquoi tu m’aimes ? »,

Parce que tu es toi-même,

Toujours égale à toi-même, à la maison la même.

La même à l’extérieur et pour les jours de prise de tête,

Qui nous amoche de l’intérieur, conjurer le sort des parieurs.

Entendre aussi les railleurs,

Mais qu’ils aillent voir ailleurs,

Qu’ils trouvent eux-mêmes leur bonheur,

Je leur souhaite ça de tout cœur.

Ils envient notre vie, notre Amour,

Mais ne supporteraient pas le quart de nos ennuis,

Pas vrai mon Amour ?


Copyright A'l'Art "H" Productive.net 2017 ©