Cahier de textes - Table des matières

Au Rythme de La Vie

  |   329  |  Table des matières
Sommaire :

2 - Parti pris







Ipsos, Insee, CSA, la télé, PS, FN, UMP,

Des gauches-droites dans la face,

Des grosses coches qui sauvent leurs balloches financières,

Des partis pris en campagnes médiatiques,

On se croirait en compète olympique,

Leur course à l’assortiment de conneries,

Arguments de propagande de ceux qui ont saigné

La France aux 4 veines depuis tant d’années.

Ceux qui s’emparent de ses peines

Ont promu la poussée bleu marine.

Choix de société abusée, désabusée,

Réveille-toi, l’Etat, le CSA ne font qu’un,

Chacals et hyènes prêts à tout pour mettre le FN en avant,

Mais attention au radicalisme fasciste inconscient.




On s’oppose au baratin des prétendants

A la main de Mariane, tous ceux

Qui espèrent s’attirer les faveurs du Peuple

Ne connaissent pas la faim, mais qu’ils sachent

Qu’aucun slogan n’arrive à remplir une panse vide.

Il y a trop de brigands au gouvernement,

Qui vident les caisses et prennent la poudre d’escampette,

Sous forme de sociétés off shore en Suisse, au Luxembourg,

Aux Iles Caïmans, à la City de London,

Crash financier devenu réalité,

Ils ne savent plus où donner de la tête,

Pour mieux spéculer, faire semblant de donner,

Pour relancer la machine et mieux reprendre

Un peu plus à chaque fois.



C’est le jeu du pouvoir qui leur met la trique,

Il paraît que « la France forte » dit que

« le changement c’est maintenant »

Les solutions c’est pas ce qui manque

Pour stopper l’hémorragie financière économique.

Je sais où en trouver à la pelle,

Le truc c’est que, le bon sens est trop souvent absent à l’appel,

Je parle en terme de gamelles, suffisamment balaises

Pour ouvrir les yeux et les appétits.

La Nation est à genoux et les caisses sont vides,

Donc la colonisation de Mars fait un flop.

Tu peux ranger tes slogans qui nous flattent,

Et tout ton marchandising politique.





Je déconseille aux conseillers de communication,

De conseiller du blabla voué à l’échec et mat,

Sur l’échiquier de la finance, les cases blanches et noires

Sont des trappes, donc les crapules on les rattrape,

Et on les passe à la trappe, c’est clair !

100 ans de business pèsent sur l’histoire de l’humanité,

Vous je ne sais pas,

Mais je ne voudrais pas devenir déshumanisé.

Si seulement ils avaient les dents un peu moins longues,

Si seulement ils étaient un peu moins égoïstes,

Et loin de la jouissance du pouvoir, ils seraient plus près

De la jouissance populaire.

Mais c’est un autre domaine, une autre dimension,

Pour l’instant on est dans la merde,

Ils ont vendu la Nation en morceaux

Comme on ferait partir un kilo de shit en barrettes.

On se tient par les parties, les accords des nations,

Dissimulation d’une prostitution organisée,

Je ne te parle pas de Vincennes, ni de Boulogne Billancourt,

Mais du court du CAC 40 et des couacs financiers.

Ceux qui parient sur nos vies comme un RMiste,

Irait miser son RSA au PMU, l’UMP est tel un mac

Qui envoie sa Nation au tapin :

Travailler plus pour qu’ils gagnent plus !



Tu veux de la police dans les rues,

Alors attends-toi à la guerre,

Car gangs de rues contre bandes policières,

De la bavure au bain de sang, il n’y a qu’un pas.

Des impasses provocatrices de part et d’autres,

Donc peu de chance de changements

En direction de l’évolution, montrer l’exemple

Avant de parler de karsher.

Vous parlez du génocide arménien,

Mais parlons du Rwanda ou plus précisément

Des familles telles que Mitterrand,

Les deux pieds dans le deal d’armement,

Les accords Shell, BP, France-Afrique,

Embargo sur des cargaisons de riz,

Les spéculations financières aujourd’hui

Riment avec crise alimentaire,

Élémentaire comme : privé d’eau potable en Afrique.

Élémentaire comme : une constitution

Qui se dit démocratique.

Le pouvoir appartient au Peuple,

Mais seulement quand on n’essaie pas de le manipuler.

Je suis poli, sage et posé.

Ma poésie est pour les opprimés, les in entendus,

Je suis de ceux qui s’attendent à l’inattendu !







Ipsos, Insee, CSA, la télé, PS, FN, UMP,

Des gauches-droites dans la face,

Des grosses coches qui sauvent leurs balloches financières,

Des partis pris en campagnes médiatiques,

On se croirait en compète olympique,

Leur course à l’assortiment de conneries,

Arguments de propagande de ceux qui ont saigné

La France aux 4 veines depuis tant d’années.

Ceux qui s’emparent de ses peines

Ont promu la poussée bleu marine.

Choix de société abusée, désabusée,

Réveille-toi, l’Etat, le CSA ne font qu’un,

Chacals et hyènes prêts à tout pour mettre le FN en avant,

Mais attention au radicalisme fasciste inconscient.




On s’oppose au baratin des prétendants

A la main de Mariane, tous ceux

Qui espèrent s’attirer les faveurs du Peuple

Ne connaissent pas la faim, mais qu’ils sachent

Qu’aucun slogan n’arrive à remplir une panse vide.

Il y a trop de brigands au gouvernement,

Qui vident les caisses et prennent la poudre d’escampette,

Sous forme de sociétés off shore en Suisse, au Luxembourg,

Aux Iles Caïmans, à la City de London,

Crash financier devenu réalité,

Ils ne savent plus où donner de la tête,

Pour mieux spéculer, faire semblant de donner,

Pour relancer la machine et mieux reprendre

Un peu plus à chaque fois.



C’est le jeu du pouvoir qui leur met la trique,

Il paraît que « la France forte » dit que

« le changement c’est maintenant »

Les solutions c’est pas ce qui manque

Pour stopper l’hémorragie financière économique.

Je sais où en trouver à la pelle,

Le truc c’est que, le bon sens est trop souvent absent à l’appel,

Je parle en terme de gamelles, suffisamment balaises

Pour ouvrir les yeux et les appétits.

La Nation est à genoux et les caisses sont vides,

Donc la colonisation de Mars fait un flop.

Tu peux ranger tes slogans qui nous flattent,

Et tout ton marchandising politique.





Je déconseille aux conseillers de communication,

De conseiller du blabla voué à l’échec et mat,

Sur l’échiquier de la finance, les cases blanches et noires

Sont des trappes, donc les crapules on les rattrape,

Et on les passe à la trappe, c’est clair !

100 ans de business pèsent sur l’histoire de l’humanité,

Vous je ne sais pas,

Mais je ne voudrais pas devenir déshumanisé.

Si seulement ils avaient les dents un peu moins longues,

Si seulement ils étaient un peu moins égoïstes,

Et loin de la jouissance du pouvoir, ils seraient plus près

De la jouissance populaire.

Mais c’est un autre domaine, une autre dimension,

Pour l’instant on est dans la merde,

Ils ont vendu la Nation en morceaux

Comme on ferait partir un kilo de shit en barrettes.

On se tient par les parties, les accords des nations,

Dissimulation d’une prostitution organisée,

Je ne te parle pas de Vincennes, ni de Boulogne Billancourt,

Mais du court du CAC 40 et des couacs financiers.

Ceux qui parient sur nos vies comme un RMiste,

Irait miser son RSA au PMU, l’UMP est tel un mac

Qui envoie sa Nation au tapin :

Travailler plus pour qu’ils gagnent plus !



Tu veux de la police dans les rues,

Alors attends-toi à la guerre,

Car gangs de rues contre bandes policières,

De la bavure au bain de sang, il n’y a qu’un pas.

Des impasses provocatrices de part et d’autres,

Donc peu de chance de changements

En direction de l’évolution, montrer l’exemple

Avant de parler de karsher.

Vous parlez du génocide arménien,

Mais parlons du Rwanda ou plus précisément

Des familles telles que Mitterrand,

Les deux pieds dans le deal d’armement,

Les accords Shell, BP, France-Afrique,

Embargo sur des cargaisons de riz,

Les spéculations financières aujourd’hui

Riment avec crise alimentaire,

Élémentaire comme : privé d’eau potable en Afrique.

Élémentaire comme : une constitution

Qui se dit démocratique.

Le pouvoir appartient au Peuple,

Mais seulement quand on n’essaie pas de le manipuler.

Je suis poli, sage et posé.

Ma poésie est pour les opprimés, les in entendus,

Je suis de ceux qui s’attendent à l’inattendu !


Copyright A'l'Art "H" Productive.net 2017 ©